L’impact de la blockchain dans les achats

L’impact de la blockchain dans les achats

Publié le 9 février 2022

La blockchain provient de dizaines d’années de recherches technologiques, philosophiques et économiques. Réservée initialement aux transactions de crypto monnaies, la blockchain se démocratise. Aujourd’hui, elle s’étend dans bon nombre de secteurs : logistique, industrie agroalimentaire, santé etc. Son potentiel semble illimité. Si elle entend révolutionner certaines pratiques, qu’en-t-il concrètement de son utilisation à date dans les achats ?

Comprendre la BLOCKCHAIN


Structure de la blockchain

La blockchain est assimilable à une base de données, accessible par tous ses utilisateurs, dans laquelle des transactions sont enregistrées, sans altération possible.

Elle est constituée de 3 éléments principaux :

  • Bloc ou « Block » : description d’une ou plusieurs transactions. Il contient les informations associées à celle(s)-ci : de qui, vers qui, quel contenu, à quelles date et heure.
  • Livre ou « Ledger » : son rôle est de mémoriser la succession des blocs. L’appellation « blockchain », littéralement chaine de blocs, prend donc ici tout son sens.
  • Nœud ou « Node » : connectés en réseau, ils constituent les points de stockage et de copie des ledgers, partout à travers le monde.

L’impact de la blockchain dans les achats 1


Fonctionnement de la blockchain

Un utilisateur de la blockchain envoie une demande de transaction au réseau, via un nœud donné. Cette demande est sécurisée par signature électronique. Aussi, tous les utilisateurs possèdent leur propre clé de chiffrement. Celle-ci atteste qu’ils sont à l’initiative de cette demande.

Un bloc de transactions est alors créé par le nœud et répliqué sur l’ensemble des nœuds du réseau. Tout bloc ainsi ajouté est irréversible, ce qui empêche la manipulation des données.

L’impact de la blockchain dans les achats 2

Cette base de données partagée est donc omniprésente sur plusieurs serveurs physiques, disponibles à tout moment. Il s’agit d’un ensemble croissant de données ou de « blocs » qui continuent de se développer avec un « horodatage » et un lien avec le bloc précédent, formant ainsi la chaîne.

Les mécanismes d’identification par signature électronique, de réplication et de décentralisation constituent les sécurités qui garantissent l’intégrité de la chaîne en cas de piratage et empêchent la violation des transactions sur le réseau.

Les types de blockchains

À date, trois modèles de blockchain existent :

 

La blockchain publique La blockchain privéeLa blockchain de consortium 
Un réseau ouvert à tous, dans lequel tous les nœuds de la chaîne sont accessibles, sans barrière d’entrée.

 

Un réseau avec un nombre limité de participants au sein duquel le gérant de la chaîne peut modifier le protocole quand il le souhaite. Personne ne peut participer sans autorisation. L’intérêt est limité puisqu’elle ne fait pas le lien entre les acteurs.Mix entre privé et public, elle regroupe plusieurs acteurs, certains nœuds peuvent être rendus publics tandis que d’autres restent privés, chaque acteur choisissant ce qu’il veut partager.

 

Exemple :

Ce type de blockchain permet le contrôle de l’intégrité et de l’origine des documents officiels sans qu’il soit nécessaire de contacter à chaque fois leur entité émettrice.

Exemple :

Dans les micro-assurances, la blockchain privée sert au contrôle des erreurs, au décompte/approbation des flux de travail et au calcul du paiement en fonction du type de sinistre sous-jacent à la police.

Exemple :

Pour gérer des données de santé, la blockchain de consortium permet l’accès et le transfert des dossiers médicaux lors d’approbations multi-signature entre les patients, les établissements et le gouvernement.


Perspectives de la blockchain dans les achats

Depuis longtemps, les marchés publics et privés étudient la blockchain pour en exploiter tout le potentiel, en essayant de comprendre son importance dans les processus commerciaux.

Pour les achats, elle représente une opportunité, car ses fonctionnalités permettraient de faire évoluer, fluidifier et renforcer de nombreux aspects de la fonction, tels que :

  • La traçabilité offerte par la blockchain sécurise l’historique des transactions, aussi bien des articles que des flux financiers. Elle permet ainsi une meilleure gestion des sources d’approvisionnent, des litiges et de la conformité.
  • La mise en place d’un réseau certifiant l’identité permet de créer des référentiels de tiers de confiance, partageant des informations fiables. Le nombre de transactions d’un fournisseur avec d’autres tiers de confiance facilitera le sourcing et la gestion du panel.
  • L’absence d’intermédiaire engendre une diminution des coûts de fonctionnement, par exemple dans le cas de paiements internationaux.
  • La rapidité et l’automatisation proposée par la blockchain donnent la possibilité de mettre en œuvre de nouveaux modes de fonctionnement plus rapides et efficaces, comme les smarts contracts.


Focus sur les smart contracts


Les « smart contracts » se développent depuis le milieu des années 90. Aujourd’hui, son taux d’adoption reste encore marginal, en France notamment. Ces « smart contracts » sont définis dès le départ par les acteurs d’une blockchain. Il s’agit, en fait, de petits programmes autonomes qui rendent possibles la sécurisation et l’encadrement de façon automatique des paiements, sans intermédiaire.

Leur fonctionnalité permet d’automatiser des opérations telles qu’une commande, un réassort ou une transaction financière. Elle permet, en parallèle, de conserver un cadre légal clair et validé par tous, en atténuant significativement les facteurs de risque.

Lors de la création des smart contracts, il est nécessaire de gérer la création de règles qui s’exécutent automatiquement sous certaines conditions entre l’acheteur et les fournisseurs.

Principe de fonctionnement

Le fonctionnement des smart contracts sont basés sur une logique informatique simple : SI-ALORS (IF-THEN).

L’impact de la blockchain dans les achats 3

 

  • SI vous m’envoyez l’objet A (propriété du bien immobilier), ALORS la somme d’argent vous sera transférée
  • SI vous transférez la somme d’argent, ALORS l’objet A (propriété du bien immobilier) vous sera transféré

La contrainte QUAND (WHEN) pour inclure le facteur temps aux smart contracts.

A titre d’exemple, sur l’échéancier de paiement suivant :

25% à la commande / 50% à la mise en production / 25% à J+30 si le contrôle qualité est conforme

Cet échéancier s’exécutera lorsque les conditions successives définies seront réalisées, avec pour la dernière condition : QUAND J+30 après mise en production, SI contrôle qualité conforme, ALORS paiement de 30%.

Ces contrats aident à définir les conditions qui doivent être remplies pour que les termes de l’accord contractuel soient exécutés. Il n’y a pas de limite au nombre de SI ou ALORS que vous pouvez inclure dans votre smart contract.

Les smarts contracts sont précis et fiables dans la mesure où ils sont correctement programmés. Plusieurs plateformes émergent pour proposer un cadre de développement structuré.

Les caractéristiques des smart contracts

Basé sur les principes de la blockchain, les smart contracts bénéficient de ses avantages :

  • Sauvegarde & sécurité
    Les signatures électroniques et la réplication du livre dans tous les nœuds permet de s’assurer que les actifs sont sains et saufs. Même si le cryptage d’un bloc est brisé, le pirate ne pourrait pas modifier tous les blocs qui viennent après ce bloc, en simultané dans tous les nœuds du réseau.
  • Rapidité
    Les smart contracts utilisent un code logiciel pour automatiser les tâches. Ainsi, cela réduit le temps nécessaire à l’exécution de tous les processus liés à l’interaction humaine. Comme tout est codé, le temps nécessaire pour effectuer le travail est le temps nécessaire à l’exécution du code dans les smart contracts.
  • Autonomie
    Le contrat est établi par vous et partagé entre les parties. Il confére une autorité totale aux parties concernées. Ainsi, aucune tierce partie n’est impliquée.  En outre, les smart contracts sont maintenus et exécutés par tous les nœuds du réseau, ce qui supprime tout pouvoir de contrôle de la part d’une seule partie.
  • Économies
    L’absence d’intermédiaire et l’automatisation des tâches administratives chronophages et/ou manuelles sont les deux principales sources d’économies générées par les smart contracts.


Smart contracts, quel enjeu pour les données personnelles ?

Chaque acteur de la chaîne est responsable des données du bloc qu’il intègre dans la chaîne. Il doit donc se conformer au RGPD en respectant contractuellement,

  • la légitimité de la collecte des données,
  • mais aussi, la protection de la vie privée,
  • et la sécurisation du stockage des données,
  • enfin, le consentement explicite des auteurs et propriétaires.

Ainsi, les personnes concernées doivent être informées et donner leur accord à la collecte et au traitement de leurs données personnelles.

Les applications concrètes déjà mises en œuvre


L’utilisation de la block-chain et des smart contracts commence à se développer. En effet, plusieurs entreprises ont testé ce dispositif, en B&B et B2C.

Tesla teste la blockchain pour suivre les expéditions de marchandises

Tesla a lancé un pilote dans le cadre de ses opérations d’importation de pièces dans son usine de Shanghai.

En exploitant la blockchain, le projet vise à rationaliser les processus de la chaîne d’approvisionnement pour ses expéditions de marchandises. En collaboration avec son partenaire, COSCO-Shipping, acteur majeur des armateurs de porte-conteneurs, Tesla a mis en œuvre une application blockchain. Celle-ci permet l’accès à une base de données partagée qui a en outre contribué à raccourcir le temps de libération des cargaisons une fois celles-ci déchargées.

Ces premiers tests du projet pilote mettent en évidence les avantages qu’apportera la Blockchain dans le secteur du fret. Grâce à ce retour d’expérience, COSCO renforce les réflexions autour de la Blockchain au sein du réseau « Global Shipping Business Network », dont il est membre.

Carrefour applique la blockchain à la supplychain

La solution expérimentée par Carrefour vise à renforcer la traçabilité du poulet d’Auvergne tout au long de son cycle de vie, de l’élevage jusqu’à la vente du produit au consommateur.

Les acteurs de la chaine d’approvisionnement (céréaliers, éleveurs, abattoirs, etc.) renseignent dans la Blockchain les informations des produits qu’ils transforment ou distribuent : date de naissance, date de mise en élevage, lieu et date d’abatage, date de mise en rayon, etc.

Aussi, le consommateur dispose ainsi d’un accès à la traçabilité du poulet à chaque étape de sa production, en flashant un QR Code.

Au-delà de la visibilité fournie au consommateur, ce projet, basé sur un processus digitalisé, permet d’améliorer des processus tels que le rappel alimentaire, limitant ainsi les coûts.

Axa assurance expérimente les smart contracts

AXA assurance a lancé deux expérimentations de smart contracts.

  • La première, pour le B2B, concerne la garantie sècheresse couvrant une exploitation agricole contre le risque climatique dans le cadre de la mise en place de smart contracts. L’expérimentation consiste à paramétrer ce contrat dans un protocole Blockchain. Ainsi, une fois l’information “Il n’a pas plu sur cette région depuis plus de N jours” certifiée par le croisement de sources fiables (sites météo, vote multi-parties : syndicat d’agriculteurs, compagnie, expert…) les chaînes d’indemnisation soient déclenchées automatiquement.
  • La seconde, pour le B2C, introduit l’assurance vol dans la blockchain. L’objectif du projet est de fluidifier les traitements d’indemnisation pour les cas de vols retardés, selon les situations.

Le projet prévoit donc que, SI le vol a plus de deux heures de retard et que les coordonnées de la compagnie aérienne sont chargées dans l’application, le client sera automatiquement informé des possibilités d’indemnisation. Une fois que le voyageur a choisi sa compensation, l’argent est envoyé directement sur sa carte de crédit.

Cette utilisation des smart contracts est basée sur l’assurance paramétrique, dans laquelle les utilisateurs ne sont pas indemnisés pour une perte totale, mais plutôt pour une perte en dehors des règles traditionnelles de l’assurance. Cette assurance est basée sur un événement déclencheur.

Un bénéfice notable est la réduction des risques d’erreurs et des coûts,

  • notamment des coûts relatifs aux activités de vérification,
  • d’exécution,
  • d’arbitrage ou de suivi,
  • ainsi que ceux relatifs aux contentieux et aux fraudes.

Les smart contract permettent également une baisse notable des délais d’exécution d’un contrat et de prise en charge des demandes, tels que les délais de remboursement. Par ailleurs, les clients n’ont plus de démarche à effectuer, ce qui augmente le niveau satisfaction.

Et demain ?


La blockchain peut répondre à de vastes enjeux. Parmi eux, figurent les besoins suscités en termes de traçabilité, de confiance, d’autonomie et d’efficience.

Aujourd’hui, si de nombreux acteurs l’étudient depuis plusieurs années, très peu l’ont réellement mise en œuvre. Le secteur de la finance reste en avance sur ce sujet. Même si de plus en plus de cas d’utilisation liés à la supply chain alimentaires et pharmaceutiques sont aussi déployés. Ces nouveaux projets touchent également à des enjeux de santé publique importants, avec des gros besoins en traçabilité et audit, imposés par les normes gouvernementales.

D’un point de vue achats, si là aussi les bénéfices estimés sont majeurs pour

  • fluidifier les processus administratifs,
  • améliorer la visibilité tout au long de la chaine de la valeur,
  • ou encore faciliter les modalités d’engagement par les smart contracts,

les applications concrètent restent limitées à des projets pilotes ciblés.

L’écosystème technique reste enfin relativement immature. Si des plateformes commencent à émerger, peu d’architectes et développeurs proposent en France des systèmes d’implémentation précis. Leur prochain objectif sera donc de pouvoir intégrer la blockchain dans les architectures de systèmes d’informations existants.


Clémentine Talaouit
Consultante achats IT, Secteur Industrie & Services

Vincent SALVONI
Senior Manager, secteur Industrie & Services



Lexique


Blockchain : La blockchain (dont la traduction en français est chaîne de blocs) est une technologie qui permet de stocker et transmettre des informations de manière transparente, sécurisée et sans organe central de contrôle.

Smart contract : Le smart contract est une application de la chaîne de blocs, qui permet d’exécuter automatiquement un contrat sans intervention humaine, lorsque toutes les conditions inscrites dans la blockchain sont remplies.

Cryptomonnaie : Monnaie numérique en usage sur Internet, indépendante des réseaux bancaires et liée à un système de cryptage.

Ledger : Un grand livre est un livre ou une collection de comptes dans lesquels les transactions de compte sont enregistrées.

Node : Un nœud est un dispositif sur un réseau blockchain, qui est le fondement de la technologie, lui permettant de fonctionner et de survivre. Les nœuds sont répartis sur un réseau étendu et exécutent une variété de tâches. C’est un système actif dédié au traitement d’une opération (serveur, smartphone, modem, etc…)

Horodatage : L’horodatage est, en fait, un dispositif qui consiste à lier une date et une heure à un événement, à une information ou à une donnée informatique. Il sert à déterminer l’instant à laquelle est réalisée une action.

Consortium : Combine à la fois une chaîne de blocs publique et privée, permettant de mêler des nœuds à la fois publics et privés.

Clé cryptographique : Ce portefeuille électronique de crypto-monnaies se présente comme une clé USB, qui contient une clé privée digitale. Cette clé permet au propriétaire de s’identifier sur l’ordinateur qui contient ses actifs en crypto-monnaies, que ce soit son ordinateur personnel ou une plateforme de trading.

Références


« Quelle utilité au consensus dans la blockchain ? » Siècle Digital, BOURGUIGNON Sébastien

« Rapport Annuel 2018 de l’Observatoire de l’Inclusion Bancaire », Banque de France

« La finance alternative en plein essor », Fintech

« Blockchain, Logistique et Supply Chain : panorama des possibilités », Blockchain France

« Comprendre la Blockchain », MANUTAN France

« Comprendre les blockchains : fonctionnement et enjeux de ces nouvelles technologies », Sénat

« Premiers éléments d’analyse de la CNIL, Blockchain », CNIL

« Généraliser la blockchain aux Filières Qualité », Carrefour

« CargoSmart, Cosco and Tesla in blockchain trial », Offshore Energy

« AXA se lance sur la Blockchain avec fizzy », Groupe Axa

« Retard d’avion : Axa lance une assurance automatique sur la Blockchain », La tribune

« La fonction Achats de demain : analyse prospective par la méthode PM », TREHAN Natacha

« Blockchain, la révolution de la confiance », LELOUP Laurent

« Blockchain et assurance : espérance démesurée ou nouvelle ère ? », Revue Banque, DAVTIAN Willy

« Comprendre la blockchain : quels impacts pour la comptabilité et ses métiers ? », DESPLEBIN Olivier

 

Retour en haut

Contact

Vous souhaitez des informations complémentaires, être contacté par un de nos experts ou convenir d’un rendez-vous.

Contactez-nous